Liste de lecture. Entre 4 murs

Murs d’une maison ou ceux que l’on érige dans sa tête entre soi et la réalité, difficile de toujours parvenir à les contourner ou les faire tomber.

Liste de lecture. Entre 4 murs

Date
1/4/2022
Lecture
Partage
Tags
No items found.

Qu’ils s’agisse des murs d’une maison ou de ceux que l’on érige dans sa tête entre soi et la réalité, difficile de toujours parvenir à les contourner ou les faire tomber. Ces deux titres, qui posent un regard différent sur le réel, nous le montrent bien.

Entre. Madeleine Roy. Dans ce second roman tout en nuances, Madeleine Roy aborde avec délicatesse la question du deuil et s’inscrit, en passant, dans la tradition des auteur·rice·s qui font de la maison un pilier de leur histoire. Dans « Entre », Isabeau vient vider la maison de sa tante décédée, celle qui l’a élevé·e après la mort brutale de ses parents. À un sujet simple qui angoisse nombre d’entre nous, Madeleine Roy articule une histoire d’amour et ses accrocs, son vertige. Plus encore qu’un roman sur le deuil, « Entre », est un roman sur la manière dont l’on évolue, comment on ne se retrouve pas forcément dans les vestiges de son passé, sur la manière dont on se construit ou on se bricole un soi. Avec un style tout en nuances, sec et poétique à la fois, Madeleine Roy propose un roman sur la question ce que l’on laisse derrière soi, ses traces dans la vie, et offre un vaste champs d’identification à ce personnage qui se cogne aux angles de sa propre existence. Editions Gorge Bleue 

À retrouver sur Bookalicious : l’interview de Marie Marchal, fondatrice de la maison & l’interview croisée des auteur·ice·s publiés en 2022. 

Des machines dans la tête. Anna Kavan. Traduit de l’anglais par Laetitia Devaux. Quelle drôle d’écriture, chez cette Anna Kavan. D’origine britannique, elle passe sa jeunesse en Europe et aux Etats-Unis, puis commence à écrire alors qu’elle vit en Birmanie. Elle voyage aux quatre coins du globe, peint (dans un style qui fait penser à Modigliani), mais surtout écrit (une quinzaine de romans, rien que ça, sous son nom propre et sous la pseudonyme d’Helen Fegurson, et une demie-douzaine de recueils de nouvelles). Sa vie se déroule sous le signe de la dépression, des tentatives de suicide et de l’addiction à l’héroïne, consommée en premier lieu en tant que médicament. Les nouvelles rassemblées ici, écrites entre 1940 et 1970, dessinent une réalité étrange, un monde à la frontière de l’absurde, un univers grinçant vu à travers le prisme particulier d’Anna Kavan. Dans son écriture de textes courts, on sent affleurer les thématiques de l’enfermement, de la solitude, de la folie, de la persécution, du traumatisme lié à la guerre. Les angles sont décalés, souvent à cheval entre la science-fiction et le surréalisme, l’écriture est poétique, mais sans fards ni fioritures. Il y aurait également beaucoup à dire sur la manière dont elle entre dans l’histoire, dont elle plonge la personne qui lit dans le vif du sujet et la promène ensuite avec aisance dans le récit. Avant-gardiste, inclassable, fulgurante Anna Kavan. Editions Cambourakis

Articles récents

[INTERVIEW] Stéphanie Morelli, directrice de la Maison de la Poésie des Hauts-de-France

Qu'est-ce qu'une "maison de la poésie", quelles sont ses missions, entre animations et médiation ? Stéphanie Morelli, directrice de la vous ouvre grand les portes de cette belle demeure où la poésie s’incarne au quotidien.

[INTERVIEW] Christophe SIébert : Bienvenue à Mertvecgorod

Mertvecgorod : ville de non droit dans un pays dictatorial, qui prend vie dans au fil des livres, entre l’univers de jeu de rôle, et la dimension parallèle. Pour une visite inédite, suivez son créateur, Christophe Siébert. ‍

[INTERVIEW] Éditions Monts Métallifères

Rencontre avec un éditeur indépendant qui aime dérouter, déranger, et surprendre.