[INTERVIEW] Au coeur du Salon du livre de Chaumont

Comment nait un salon littéraire ? Quels sont les enjeux à prendre en compte afin de proposer un événement adapté à différents types de publics ? Quelles sont les activités en marge des rencontres et débats ?

[INTERVIEW] Au coeur du Salon du livre de Chaumont

Date
10/11/2021
Lecture
Partage
Tags
No items found.

Comment nait un salon littéraire ? Quels sont les enjeux à prendre en compte afin de proposer un événement adapté à différents types de publics ? Quelles sont les activités en marge des rencontres et débats ? Comment se structure une thématique puis la programmation qui y est rattachée ? Qui, quoi, comment, quand, pour qui, pourquoi, autant de questions que l'on peut se poser au sujet d'une manifestation littéraire. Sandrine Bresolin, directrice de la médiathèque Les Silos et déléguée générale du salon, répond avec ses collègues à cette plongée dans les coulisses du 19e Salon du livre de Chaumont.

Comment est né ce salon, à partir de quels constats, quelles volontés, quels objectifs ?

L’idée d’une programmation de rencontres littéraires en librairie tout au long de l’année et d’une grande fête du livre annuelle est née, au début des années 2000, d’un projet de résidence artistique à Chaumont de l’auteur Hubert Haddad. Le Salon du livre de Chaumont entend être un temps de forte visibilité et de valorisation d’une série d’actions de la politique du livre et de la lecture de la Ville de Chaumont, porté par la Médiathèque les silos. Cette fête du livre est une manifestation ouverte à la vie des idées, de débats et d'échanges où romanciers, essayistes, scénaristes et dessinateurs de BD, auteurs et illustrateurs pour la jeunesse apportent leurs éclairages sur le thème retenu en nous faisant partager leur expérience d'écrivains ou d'artistes.

Il a pour ambition de : 

  • Contribuer à l'attractivité de la ville de Chaumont et, au-delà, de l’Agglomération de Chaumont, du département de la Haute-Marne et de la Région Grand Est.
  • Sensibiliser et inciter des publics au livre, à la lecture et à la création littéraire contemporaine sous toutes ses formes.
  • Favoriser la rencontre entre le public et la création littéraire contemporaine par le biais de rencontres, lectures, ateliers d’écriture, travail en réseau avec les bibliothèques, associations et établissements d’enseignement.
  • Etre une manifestation littéraire au service de la littérature, des idées et des écrivains.
  • Soutenir la création littéraire contemporaine en invitant des auteurs aux multiples talents et en les rémunérant à cette occasion au juste prix.
  • Mettre en valeur la richesse et la pluralité de l'édition nationale.
  • Impliquer les acteurs de la chaîne du livre ; un stand est offert aux associations de promotion du livre, de l’écrit et de la lecture.
  • Favoriser une dynamique locale de partenariat.
  • Favoriser le développement et la constitution en réseau des trois librairies indépendantes de Chaumont en les associant à la programmation et en leur permettant le déploiement d'une grande libraire de 4 000 livres.
  • Susciter des actions pédagogiques innovantes pour les enseignants.
  • Attirer un large public familial.

Une quinzaine de lectures-rencontres, tables rondes, grands entretiens seront programmés avec les auteurs invités – romanciers, essayistes, scénaristes et dessinateurs de bandes dessinées, auteurs et illustrateurs pour la jeunesse - avec pour ambition d’attirer un public toujours plus large, en veillant à un équilibre entre :

  • Auteurs de renom et auteurs émergents
  • Auteurs spécialisés et auteurs grand public
  • Auteurs dans l’actualité littéraire
  • Auteurs transfrontaliers 
  • Auteurs régionaux

Les trois librairies indépendantes de Chaumont, A la Une, Apostrophe et Le Pythagore, offrent une vaste librairie proposant des livres sur le thème retenu et des livres des auteurs invités. Seront également proposées des lectures à voix haute, des ateliers de pratique artistique, des spectacles vivants, des performances dessinées, des expositions et des remises de prix.Parallèlement, se tient un salon des professionnels de la chaîne du livre qui contribue à l'attractivité de cet événement.

C’est sa 19e édition, comment un événement littéraire évolue-t-il avec le temps ?

Tout d’abord, l’évènement s’inscrit dans une ligne artistique qui a évolué au cours de ces 19 années. En 2003, Hubert Haddad l’avait définie autour de la thématique des Méditerranées. En 2011, suite à l’installation du Centre Pompidou Mobile pendant plusieurs mois à Chaumont, Marianne Alphant, écrivaine, a été invitée comme conseillère littéraire de la manifestation. Le salon a décliné la thématique de l’art, à ses côtés, jusqu’en 2017. En 2018, le salon s’est orienté sur les questions d’actualité, accompagné par Adélaïde Fabre – et tuttiquanti et Cédric Duroux – october octopus en tant que conseillers littéraires. Les écrivains invités apportent leurs éclairages sur les thèmes retenus, en permettant aux publics de porter une réflexion éclairée sur la marche du monde. La thématique déclinée chaque année s’inscrit dans celle portée de septembre à décembre par les Saisons Culturelles de Chaumont et l’ensemble des établissements culturels de la Ville de Chaumont.

Ensuite, l’identité du Salon du livre de Chaumont s’est développée autour de 2 prix littéraires. En 2012, le Prix du Salon du livre de Chaumont a été lancé et sa mise en œuvre confiée à l’Association des Amis du Salon du livre de Chaumont, créée la même année. Un jury d’une quinzaine de personnes, présidé par un écrivain (Belinda Canone, Lydie Salvayre, Geneviève Brisac, Colette Fellous, Bruno Tessarech, Michèle Gazier, Adrien Goetz, Frédéric Ciriez, Emmanuelle Pireyre) lit une quarantaine de romans consacré à l’art tout au long de l’année. En 2017, l’association a également déployé un jury et un Prix des lycéens. Chacun des 2 lauréats reçoit 1 000€ de notre partenaire le Crédit mutuel de Chaumont. Une résidence d’écriture s’inscrit également en amont de la manifestation depuis 2015. Les autrices et auteurs suivants ont ainsi bénéficié d’un temps et d’un lieu d’écriture privilégiés, tout en conduisant des actions culturelles auprès des Chaumontais : Pauline Sauveur (Trois nouvelles maisons, Poïein éditeur, 2016), Claire Audhuy (Pas de chips au Paradis, Rodéo d’âme, 2018), Louis-Philippe Dalembert (Mur Méditerranée, Sabine Wespieser, 2019), Pia Petersen, Allain Glykos et Emilie Talon (Vertiges persans, Guérin Chamonix / Paulsen, 2023).

Enfin le public cible a également évolué. Initialement destiné à un public d’adultes, l’évènement s’est enrichi d’une programmation pour la jeunesse, il y a une quinzaine d’années. Une quarantaine de rencontres scolaires sont désormais programmées en amont de la programmation tout public et bénéficient à plus de 1 500 élèves. Pour 6 à 8 classes, l’expérience de la rencontre artistique se prolonge avec un auteur sur l’ensemble de l’année scolaire dans le cadre d’un Projet Artistique Globalisé.Le Salon du livre de Chaumont est un événement désormais particulièrement attendu par le public qui s’accroît chaque année passant de 500 spectateurs lors de sa première édition en 2003 à plus de 11 118 participations en 2019 et à plus de 5 000 vues pour l’édition numérique en 2020.

Quelles sont les caractéristiques de ce salon, ses temps forts, les activités qui s’y rattachent ?

Le salon s’ouvre par la proclamation des 2 lauréats des Prix du Salon du livre de Chaumont, le 5 septembre pour cette année 2021. C’est généralement le 1er temps d’annonce des auteurs qui ont répondu favorablement à l’invitation de la Ville de Chaumont, la mise en ligne de la programmation sur le site internet du salon et donc la 1ère découverte par le public des réjouissances prévues. Le jury du salon a débuté son long travail de lecture et de sélection dès le mois de décembre de l’année précédente. Le salon se poursuit ensuite par la résidence d’écriture qui débute 2 mois avant le temps fort tout public. L’auteur(e) invité(e) en résidence consacre 70% de son temps de résidence à l’écriture d’un projet en lien avec la thématique de la manifestation. Il/elle rencontre également des scolaires et des personnes éloignées du livre et de la lecture pour des raisons physiques, économiques ou sociales (personnes détenues à la maison d’arrêt, personnes issues de l’immigration, personnes en situation de décrochage scolaire, en recherche d’emploi, accueillies en résidences pour personnes âgées ou dépendantes, etc.). 3 à 4 jours avant la manifestation débutent les rencontres scolaires avec 5 auteurs-illustrateurs jeunesse. Ils vont rencontrer une quarantaine de classes, environ 1 500 enfants, selon un programme travaillé dès la fin de l’année scolaire précédente avec les équipes enseignantes.

Vient ensuite le temps fort tout public, festif, qui s’ouvre par la remise des Prix du Salon du livre de Chaumont aux 2 lauréats. 15 tables rondes forment l’ossature de la manifestation, complétées par des lectures à voix haute, des expositions, des ateliers de pratique artistique, des dédicaces au sein de la grande librairie et des acteurs locaux qui œuvrent en faveur du livre et de la lecture (éditeurs locaux, associations, médiathèques, etc.). 

La thématique de cette année est « Héritage et patrimoine », comment a-t-elle émergé, quel sens y particulier y mettez-vous ?

La thématique a été choisie en lien avec l’exposition de livres anciens sur laquelle travaille l’équipe de la médiathèque depuis 3 ans, et qui est présentée aux silos du 15 octobre au 31 décembre 2021 : « Rare & remarquable ; singularités, marques et curiosités dans les livres anciens des silos ». Malcolm Walsby en est le commissaire scientifique. 80 livres issus du fonds de 30 000 livres anciens conservés à la médiathèque de Chaumont, sont mis en valeur, selon le fil conducteur de la rareté.

Il s’agissait donc dans un 1er temps de faire connaître et de valoriser le patrimoine chaumontais, pour les habitants du territoire et bien au-delà, puisque les trésors abrités aux silos, via les catalogues nationaux et internationaux, sont susceptibles d’intéresser des chercheurs du monde entier. Dans un 2nd temps, la production éditoriale de cette rentrée littéraire a orienté les sous-thématiques déclinées au cours des tables-rondes autour du thème général. La question de la transmission est centrale dans les ouvrages des auteurs invités : la quête des origines, l’assignation identitaire, l’évolution de la place des femmes, l’amour filial, la mémoire collective, etc. D’autres questionnements nous ont également enthousiasmés, le rôle du traducteur, l’épigénétique, la place des déchets, par exemple.

Vous travaillez avec des programmateur.trice.s, comment se passe le choix de la thématique et des invités ?

La Ville de Chaumont définit la thématique. 2 thématiques sont définies par année et sont développées par les Saisons Culturelles de Chaumont et ses établissements. Chaque thématique a l’ambition d’être la continuité de la précédente et d’explorer plus profondément un aspect particulier survolé précédemment. 

Adélaïde Fabre et Cédric Duroux, les conseillers littéraires prennent connaissance de la thématique un an avant et laissent mûrir pendant quelques mois le sujet au regard des parutions annoncées par les maisons d’édition. Ils repèrent les ouvrages susceptibles de questionner le sujet. Viennent alors le temps de la lecture de ses ouvrages et l’émergence de passerelles entre eux. A ce stade, ils sont force de propositions auprès Sandrine Bresolin, déléguée générale du salon et directrice de la médiathèque les silos. Elle-même travaille avec son équipe sur le repérage des livres, plus largement sur les propositions culturelles de la médiathèque pour l’ensemble de la saison, les expositions, lectures, ateliers et spectacles associés à la manifestation, la programmation pour la jeunesse et la résidence d’écriture. Des discussions et des lectures entre eux 3 nourrissent une note d’intention prévisionnelle pendant de nombreux mois, actualisée de nombreuses fois. Les invitations sont envoyées aux auteurs dès le printemps ; la programmation évolue au fur et à mesure de leurs réponses. Un coup de cœur vient souvent enrichir la programmation déjà bien avancée et en devient indispensable ! Il s’agit ensuite de l’arrêter définitivement à la fin du mois d’août. 

Quel est votre public, quelles sont ses attentes, ses goûts ?

Le public est très large. Des passionnés de lecture, de littérature et de débats d’idées, tout d’abord, exigeants. Des publics moins avertis, ensuite, qui saisissent avec la manifestation l’occasion de belles découvertes littéraires. Des publics éloignés du livre et de la lecture aussi, qui ont participé à la résidence d’écriture et qui viennent fêter tout le parcours réalisé avec l’auteur(e) rencontré(e). Des enfants et des adolescents qui bénéficient d’un temps privilégié avec un auteur au sein de leur classe et qui viennent se faire dédicacer l’un de ses livres à la grande librairie du salon. Des parents qui accompagnent leurs enfants à une lecture, un atelier, une dédicace. Des curieux qui flânent dans les allées du salon, qui retrouvent ou qui découvrent un auteur local et son dernier ouvrage publié. Ils sont Chaumontais, habitants de l’Agglomération de Chaumont, du département de la Haute-Marne ou de la Région Grand Est. Certains viennent d’encore plus loin et ne rateraient ce rendez-vous sous aucun prétexte.

Comment avez-vous rebondi après la crise sanitaire, comment avez-vous renoué avec le public ?

En 2020, le 2ème confinement fut instauré 4 semaines avant la 18ème édition du salon. Tout était prêt, l’imprimeur en attente du BAT du programme. Nous n’avons pas baissé les bras et rebondi sur une édition numérique. Nous avons fait le choix d’un format émission, en différé et non en direct, en prenant grand soin à la qualité de l’image, du son, du décor, etc. Les auteurs sont venus à Chaumont, avec leur attestation de déplacement, et notre prestataire, Les Archimèdes, a tourné toutes les images pendant une semaine et un week-end. La Ville de Chaumont a ainsi produit 10 émissions comprenant les tables rondes en intégralité, des retours sur les rencontres scolaires, qui ont pu avoir lieu en présentiel, et des présentations de partenaires, libraires, éditeur et acteurs locaux oeuvrant en faveur du livre et de la lecture.

La Ville de Chaumont a également produit une lecture musicale dans son intégralité et 5 vidéos complémentaires mettant à l’honneur les structures locales. La Ville de Chaumont a également organisé un concours, permettant de faire gagner 30 livres des auteurs invites à chaque émission, soit 300 livres, à retirer au sein des 3 librairies partenaires. Nous avons perdu une partie du public habituel, qui n’a pas trouvé son compte dans cette proposition numérique, mais nous en avons également gagné, certains d’entre eux ne s’étant jamais déplacés sur un salon du livre. Les statistiques de notre chaîne Youtube et une enquête de satisfaction ont révélé que nous avons également élargi notre audience en direction d’un public plus jeune et qui réside en dehors de la Région Grand Est, y compris à l’étranger.

Nous souhaitons conserver ce public nouvellement conquis, raison pour laquelle sera également déployée une émission numérique lors de cette édition 2021.  

Articles récents

[INTERVIEW] Denis Infante : "Ce que je voulais, c’était décrire un monde à hauteur d’animal"

Il y a des livres, comme ça, auxquels on ne s’attend pas. Où, dès les premières lignes, l’on sait qu’il y aura un avant et un après dans notre paysage de lecture. « Rousse ou les beaux habitants de l’univers » en fait partie. Échange avec Denis Infante, l’auteur derrière les aventures de cette renarde mystique et courageuse. 

[INTERVIEW] Éditions Black-Out

Rencontre avec Fabrice Garcia-Carpintero, fondateur des éditions Black-Out

[INTERVIEW] Julien Bucci & le SVP : "La poésie fait corps, pleinement, et nous relie"

SVP n’est pas ici l’acronyme de « S’il vous plaît », mais d’une initiative poétique dont la portée dépasse les mots : le Serveur Vocal Poétique.