[INTERVIEW] À la découverte du festival "Voyage au coeur du Caucase : la Géorgie"

Des liens forts unissent la Géorgie, petit pays du Caucase frontalier de la Russie, et la France depuis le début du 20e siècle. Cependant, la culture Géorgienne, et plus encore sa littérature, nous restent inconnus.

[INTERVIEW] À la découverte du festival "Voyage au coeur du Caucase : la Géorgie"

Date
1/12/2021
Lecture
Partage
Tags
No items found.

Des liens forts unissent la Géorgie, petit pays du Caucase frontalier de la Russie, et la France depuis le début du 20e siècle. Cependant, la culture Géorgienne, et plus encore sa littérature, nous restent inconnus. Afin de remédier à cette méconnaissance et de célébrer l'amitié qui unit les deux pays, un festival pluri culturel voit le jour. Avec "Voyage au coeur du Caucase", traducteurs, écrivains, œnologues, scientifiques, musiciens, réalisateurs géorgiens et français sont mis à l'honneur pendant trois jours de rencontres et échanges. Zaza Shengelia, conseiller de la Maison des écrivains de la Géorgie et chargé des relations avec l’édition Francophone, présente les grandes lignes de ce festival inédit, à découvrir du 3 au 5 décembre.

Comment est né ce festival, à partir de quels constats, quelle volonté ? 

En 2018 la Géorgie a bénéficié de l'attention que confère le statut de l'invitée d'honneur à la Foire du livre de Francfort. C’était la première fois que la culture et notamment la littérature géorgienne se retrouvait au centre de l’attention du monde. Après Francfort on s’est dit que la littérature géorgienne avait besoin de se frayer un chemin dans des espaces qui étaient restés relativement inaccessibles. Nous avons réalisé que nous ne pouvions pas dire que nous étions présents en Europe sans être présents dans le monde de l'édition française. Nous envisageons de nous présenter la Géorgie en tant qu'invité d'honneur au salon du livre de Paris en 2024, mais le chemin à parcourir est encore long. Ce festival sera l'une des premières étapes de ce parcours.

Il se tient à l’occasion du centenaire de l’amitié franco-ggéorgienne, pouvez-vous nous dire quelques mots sur cette amitié ? 

C'est en 1921, à la suite de l'invasion bolchevique, que plusieurs centaines de Géorgiens - le gouvernement, les politiciens, une partie de l'armée et de l'aristocratie, ainsi que d'autres opposants à la Russie soviétique - quittent leur terre natale pour la France. Ainsi commence une étape importante de l'amitié et du rapprochement de la Géorgie avec la France. Pendant les 70 ans de l'Union soviétique, c'est en France que les idées d'indépendance et de liberté de la Géorgie sont restées vivaces. Outre les grandes figures de l'histoire géorgienne, la France a été le refuge du trésor national de la Géorgie. C'est comme si l'hexagone avait servi de lieu sûr où notre pays a pu conserver ses biens matériels et moraux pendant les années d'occupation. Voilà la raison pour laquelle nous avons décidé de commémorer les 100 ans de ces relations spéciales. Les Géorgiens sont bien conscients du rôle que la France a joué dans l'histoire de notre pays. Avec ce festival, nous souhaitons partager cet héritage avec le public français moins informé sur le sujet.  

Qui sont les invité.e.s, comment les avez-vous choisi.e.s ? 

On a essayé de rassembler des personnalités de divers horizons pour pouvoir présenter les différents aspects de la culture Géorgienne, de son histoire et de son présent. L’autre critère important étant le rapport de ces personnalités avec la France. Après, on est limité par le fait que le festival est en ligne et ne dure que trois jours, donc il a fallu faire des choix parfois difficiles. On a fait le même genre de festival en Angleterre en partenariat avec British Museum et en Allemagne et l’intérêt qu’on a suscité nous a encouragée de procéder de même manière pour le public français aussi.     

Le festival aura-t-il d’autres éditions ? 

Evidemment, on ne compte pas de s’arrêter là, mais pour l’avenir on espère d’avoir la possibilité d’organiser nos événements en format « normal » c’est-à-dire physique et en personne. 

Quelle est la place de cette littérature et de la culture en France ?

Pour l'instant la culture géorgienne en France est plus présente à travers la peinture, chants polyphoniques ou la musique que la littérature. Notre but est de remédier à cette situation et en renforçant la présence de la littérature géorgienne augmenter la visibilité de la culture géorgienne dans son entier.   

Pour assister au festival, deux adresses :  https://www.facebook.com/Toutelaculture & https://www.trames.xyz/

Articles récents

[INTERVIEW] Denis Infante : "Ce que je voulais, c’était décrire un monde à hauteur d’animal"

Il y a des livres, comme ça, auxquels on ne s’attend pas. Où, dès les premières lignes, l’on sait qu’il y aura un avant et un après dans notre paysage de lecture. « Rousse ou les beaux habitants de l’univers » en fait partie. Échange avec Denis Infante, l’auteur derrière les aventures de cette renarde mystique et courageuse. 

[INTERVIEW] Éditions Black-Out

Rencontre avec Fabrice Garcia-Carpintero, fondateur des éditions Black-Out

[INTERVIEW] Julien Bucci & le SVP : "La poésie fait corps, pleinement, et nous relie"

SVP n’est pas ici l’acronyme de « S’il vous plaît », mais d’une initiative poétique dont la portée dépasse les mots : le Serveur Vocal Poétique.