Chez mon libraire : Lucie, Le Pied à Terre

Du livre au livre, c'est le pas qu'a fait Lucie Eple avec l'ouverture de la librairie Le Pied à Terre, à Paris.

Chez mon libraire : Lucie, Le Pied à Terre

Date
6/10/2021
Lecture
Partage
Tags
No items found.

Du livre au livre, c'est le pas qu'a fait Lucie Eple avec l'ouverture de la librairie Le Pied à Terre, à Paris. Après les relations libraires, la librairie en elle-même, et quelle belle librairie ! Spacieuse, lumineuse, le Pied à Terre fait la part belle à la littérature américaine, aux sujets de société et à la réflexion qui les sous-tendent. Ouverte sur le monde comme elle est ouverte sur le rue Custine, cette jeune librairie devrait faire de vieux os (en tout cas on lui souhaite!). Rencontre avec Lucie Eple, qui parle également au nom de ses 2 associés,Thibaut Willems et Julien de la Panneterie.

Comment êtes-vous devenue libraire ?

Je suis devenue libraire en septembre dernier, et j'ai 40 ans en septembre prochain ! c'est donc tout récent, mais j'ai toujours travaillé au contact des librairies : pour une asso de libraires indépendants dans le nord, pour un réseau social du livre, pour un Centre régional des lettres et du livre, pour une maison d'édition, Le Tripode, jusqu'à trouver deux amis chers et  libraires d'expérience qui ont développé comme moi au fil des ans une envie assez irréductible d'indépendance autour de notre passion commune. On a pensé qu'une fois nos compétences réunies, "ça devrait passer" :), avec de l'huile de coude, un apprentissage ultra rapide en matière de création d'entreprise et de la chance, et on est heureux de constater que Le Pied à terre est déjà bien ancré au bout de quelques mois ! Voilà ma recette : mes deux amis, les joyaux de la couronne, un projet collectif horizontal, une passion partagée et l'envie de liberté. 

Qu’est-ce qui vous plait particulièrement dans ce métier ?

Ce que je préfère c'est payer les traites, passer la serpillère, mettre en concurrence les mutuelles pour notre salariée. NAAAAAN C'est po vré ! Ce que j'adore c'est arriver le matin et me sentir dans une maison commune, avec tous les défis que cela implique. Tout ce qui concourt à ça rend l'ingrat beaucoup plus doux. Viennent ensuite le conseil client.e.s évidemment, et puis la diversité des tâches qui est assez folle et une vraie chance. Finalement ce qui mine aussi pas mal le moral dans le travail je crois, c'est la répétition, ça rend morose, ça use... En librairie, ça bouge toute la journée, on change de casquette toutes les 5 minutes, c'est fatiguant aussi mais c'est une autre fatigue, et puis je suis "chez nous", cette indépendance change absolument tout. C'est un rêve qui se réalise, maintenant il faut créer le projet d'habitat collectif pour mes vieux jours, et je serais bien bien. J'ai déjà branché Julien et Thibaut, on hésite entre la Bretagne et un coin plus chaud. 

Quel est le positionnement de votre librairie, ce qui la distingue des autres du quartier ?

On n'invente pas du tout la poudre, on est juste situés à un endroit apparemment (7 mois de retour d'expérience c'est peu !) propice au développement d'un projet comme le nôtre, de cette taille. Après on a nos marottes : littérature américaine, sciences humaines et questions ayant trait au genre ou à la (dé)colonisation, BD indépendante...

Avez-vous un secteur de prédilection ? Pourquoi ?

On aime la littérature qui permet de s'ancrer dans le réel, on aime celle qui fait bouger les lignes. Bon ça ne veut rien dire, n'est ce pas ? Parce qu'un roman complètement azimuté et apparemment déconnecté du réel peut être plus utile pour s'y reconnecter qu'une non-fiction par exemple. On pense en tous cas que l'imaginaire sert à mieux vivre avec les autres, avec le monde, qu'il est un outil incroyable pour ça, pour se décaler de soi, pour développer de l'empathie. Côté sciences humaines, on veille autant que faire se peut, et autant que faire se peut on tente de faire des passerelles entre les genres : faire venir les lecteurices de Mona Chollet ou Audre Lorde au roman argentin magnifique "China Iron" de  Gabriela Cabezón Cámara  ou aux "Vilaines" de Camila Sosa Vilada, ou à "Viendra le temps du feu" de Wendy Delorme, par exemple. 

Quels changements observez-vous dans votre activité depuis le début de la pandémie ?

Les horaires.... ils n'ont pas arrêté de changer ! (uh uh uh). Non mais on est tout petits, on n'a pas pu constater de changement majeur puisqu'on n'a pas de point de comparaison ! Toute débutante, moi je constate tout de même une chose majeure : les gens sont devenus militants, alors certes beaucoup fréquentaient déjà la librairie indé, mais à mon avis, enfin à ce qu'ils disent, ils sont moins volages qu'avant et fréquentent moins le diable en personne. (je ne peux pas mentionner son nom, sinon il apparaît). Ils/ Elles sont présent.e.s, pour nous et tous les petits commerces de quartier. Espérons que les politiques se saisissent de cette opportunité pour agir dans les centre-villes, partout... 

Quels sont vos coups de coeur du moment ?

PARESSE POUR TOUS, un roman français d'Hadrien Klent aux éditions du Tripode : la campagne présidentielle dont on rêve tou.t.e.s !!

LES AVENTURES DE CHINA STAR IRON, un roman argentin de  Gabriela Cabezón Cámara  aux éditions de l'Ogre : un western queer argentin qui dépote et surtout, une écriture magnifique

UNE VIE ETINCELANTE dIrmgard Keun, un roman allemand aux  éditions du Typhon : complètement touchant de sincérité et de pureté ce roman... Et l'humour ravageur de Keun... un grand coup de cœur. Alfred Döblin l'avait adoré, rien que ça, ça situe le bazar !

UNE HISTOIRE DU NATIONALISME CORSE, une BD documentaire d'Hélène Constanty  et  Benjamin Ades chez Dargaud, passionnant et très accessible.

CANOËS de Maylis de Kerangal chez Verticales : elle est quand même impressionnante, Maylis de Kerangal... A chaque fois. Ici ce sont des récits d'ondes, de voix, d'échos. 

JEAN MICHEL - LES ORIGINES de Magali Le Huche chez Actes Sud Junior : tout ce qu'on a toujours voulu savoir sur les origines de jean mimi, notre caribou préféré, enfin dévoilé. 

Le Pied à Terre - 9 rue Custine, 75018 Paris - contact@librairielepiedaterre.com

Articles récents

[INTERVIEW] Stéphanie Morelli, directrice de la Maison de la Poésie des Hauts-de-France

Qu'est-ce qu'une "maison de la poésie", quelles sont ses missions, entre animations et médiation ? Stéphanie Morelli, directrice de la vous ouvre grand les portes de cette belle demeure où la poésie s’incarne au quotidien.

[INTERVIEW] Christophe SIébert : Bienvenue à Mertvecgorod

Mertvecgorod : ville de non droit dans un pays dictatorial, qui prend vie dans au fil des livres, entre l’univers de jeu de rôle, et la dimension parallèle. Pour une visite inédite, suivez son créateur, Christophe Siébert. ‍

[INTERVIEW] Éditions Monts Métallifères

Rencontre avec un éditeur indépendant qui aime dérouter, déranger, et surprendre.