Littérature et Photoshop : C'est celui qui dit qui est ?

Inclassables
Inclassables
Littérature et Photoshop : C'est celui qui dit qui est ?

Date
5/6/2014
Lecture
Partage
Tags
No items found.

Quand on n'aime pas voir de l'art plagié par la masse, on nous dit qu'on se prend la tête. Qu'il faut bien innover. S'inspirer, réutiliser, repiquer... Toi tu copies bien Bret Easton Ellis non? Certes. Et Photoshop, ça appartient à tout le monde, non ? Certes...

Certes... Mais que dire quand une plasticienne, par exemple, Clémentine Mélois, crée un concept génial : le détournement littéraire (entre autres multiples créations, souvent facétieuses, à découvrir sur son site), et qu'on en trouve une pâle copie vulgaire des mois et des mois après sur un gros site, pas forcément nul au départ ? On est passablement outré !

482374_618742708143124_1229443825_n

L'artiste Clémentine Mélois se définit comme "anti-chapelles" (cf Interview dans Denise Labouche Revue). Ses livres détournés sont de véritables petits bijoux réalisés à la main, pas de simples montages photoshop. Jeux de mots, allusions, clins d'oeil, c'est fin. C'est une forme d'art plastique décomplexée, fruit d'une démarche, de recherches, c'est un concept et on aime les concepts, dans l'art contemporain.

580653_618742748143120_1587029762_n

Drôle de sensation quand, en se promenant sur un site qui nous fait rire, surtout pour un jeu de mots vaseux sur Georges Sand, qui, lorsque l'on aime Musset et voue un culte sans nom au romantisme, fait pâle figure. Oui ça Sand la bite, on ne peut pas mieux dire! Lolons avec la littérature, avec l'art, jouons sur les mots et les noms, c'est toujours rigolo. Et en plus, tout le monde ne comprend pas tout. Le Tumblr Des Fists et des Lettres, c'est bien trouvé.

tumblr_n2mpzfUKuC1t4p5hbo1_500

Et puis, on a trouvé ça beaucoup moins drôle quand on a vu les t-shirts avec des détournements de couvertures de Folio. D'un coup, ça nous a rappelé quelqu'un, une personne qui avait inventé le concept... Peut-être est-ce Clémentine Mélois qui leur réalise ? Pourquoi pas après tout ? C'est pas fin, c'est lourdingue, mais... pourquoi pas ?

t-shirt-le-vieil-homme-et-ta-mere

Or, non. Ce n'est pas elle, mais c'est son concept. Son idée. Un peu comme si on allait piquer un urinoir pour s'en faire une fontaine. Y a pas ton nom dessus Marcel, c'est de l'art contemporain, pourrait-on dire. Oui bien sûr, mais quand on est bon élève, on ne copie pas. On ne pille pas la création des autres en prétendant que non enfin, ça n'a rien à voir! Il n'y a pas de panneau "comportez-vous bien" écrit au-dessus de la tête à Toto. Simplement, parfois, ça se fait de respecter un minimum de déontologie... S'inspirer, oui. Plagier... pourquoi ? Quel intérêt d'une mentalité pareille ?

Articles récents

[INTERVIEW] Éditions Les Fondations de l'Imaginaire

Entamé avec la rencontre de la Loutre Rôliste, le cycle d’interviews autour du jeu de rôle se poursuit aujourd’hui avec un éditeur spécialisé dans le jeu de rôle solo : les Fondations de l’Imaginaire, porté par Jérôme Mioso.

[INTERVIEW] Sophie Vandeveugle : "L’ennemi a été créé par des humains"

Depuis quelques années, en France et ailleurs, la littérature se teinte de nuances écologiques. La crise climatique, et ses conséquences, se retrouvent de manière régulière au coeur de la fiction générale, et non plus uniquement des littératures d’anticipation ou des essais. Vibrant et incarné, le premier roman de la jeune autrice Sophie Vandeveugle s’inscrit dans cet univers, porté par la force d’une conviction personnelle.

[INTERVIEW] François Annycke : " La solution est dans le collectif"

Les 21 et 22 février 2024, l'interprofession du secteur de l'édition s'est rassemblée à Boulogne-sur-Mer à l'initiative de l'Agence Régionale du Livre et de la Lecture des Hauts-de-Fance. Au programme, deux jours d'échanges, rencontres et ateliers afin de questionner les pratiques, les méthodes, et l'avenir commun.